L’OMS demande un plan d’action mondial sur le handicap

On ne fait pas assez pour défendre les droits des personnes handicapées, ni pour les intégrer dans la société. C’est l’une des conclusions de la soixante-quatrième session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour le Pacifique occidental, tenue à Manille du 21 au 25 octobre. L’OMS pense qu’un plan d’action mondial conçu pour améliorer la santé des personnes handicapées est une initiative importante pour résoudre ce problème.

« Le handicap frappe plus de 1 milliard de personnes dans le monde et la prévalence du handicap augmentera avec le vieillissement de la population et la progression des affections chroniques », a expliqué le Dr Shin Young-soo, Directeur régional de l’OMS pour le Pacifique occidental. « La prévalence du handicap est plus élevée dans les pays à revenu faible et l’accès aux services, notamment aux services de santé, y est très difficile pour les personnes handicapées. Le secteur de la santé doit non seulement prévenir le handicap mais aussi répondre aux besoins des personnes handicapées et respecter leurs droits. »

Les obstacles aux services sont la conséquence de l’inadéquation de la législation ou des politiques, du caractère inadapté de l’environnement physique, de l’impossibilité d’accès aux informations et aux technologies de la communication, et des comportements négatifs dans la société. Dans un tel contexte, les personnes handicapées se trouvent défavorisées et pourtant, ces obstacles peuvent être surmontés.

L’OMS cherche à concevoir un plan d’action mondial sur le handicap pour accompagner les États Membres dans l’adoption de politiques pour éliminer ces obstacles et améliorer la santé des personnes handicapées. L’OMS sait qu’un plus large accès aux services généraux de santé et de réadaptation peut aider les personnes handicapées à fonctionner et à participer à la vie sociale et, finalement, à choisir la vie qu’elles veulent mener.

L’OMS espère que le plan d’action aidera les États Membres à traduire en mesures concrètes la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées, en vue de résoudre les difficultés actuelles. Le plan d’action comporte les recommandations suivantes :

  • mettre en œuvre la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées ;
  • faire en sorte que les services de santé généraux prennent en compte les personnes handicapées et leur soient accessibles ;
  • renforcer et étendre les services de réadaptation ;
  • rendre les dispositifs d’assistance plus facilement accessibles ;
  • renforcer les démarches communautaires de réadaptation ; et
  • développer la collecte des données et leur intégration dans les systèmes d’information sanitaire.

« L’accès aux dispositifs d’assistance comme les aides auditives, les appareils pour malvoyants, les prothèses ou les fauteuils roulants ouvre des portes aux personnes handicapées leur permettant d’accéder à des possibilités et de participer à la vie communautaire, loin de l’isolement et de la pauvreté », dit le Dr Shin. La décision prise récemment par la Philippines Health Insurance Corporation en 2013 d’étendre ses prestations d’assurance-santé aux prothèses de membres inférieurs est un bon exemple de meilleur accès aux dispositifs d’assistance.

Le plan d’action mondial sur le handicap s’inspirera des activités de l’OMS et de ses centres collaborateurs pour élaborer des guides et rendre compte des progrès accomplis, tels le Rapport mondial sur le handicap 2011, le Guide de réadaptation à base communautaire (RBC) (2010) et le Guide pour les services de fauteuils roulants manuels dans les régions à faibles revenus (2008). L’OMS a entrepris la mise au point d’une enquête type sur le handicap pour répondre aux besoins de données et d’informations et comprendre la situation au regard du handicap dans les États Membres. Plus tard ce mois ci, l’OMS lancera une consultation pour définir les détails de l’élaboration et de la mise en œuvre du plan d’action mondial sur le handicap à l’intention des États Membres des Régions de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental.

Pour toute information complémentaire ou demande d’entretien, veuillez contacter :

M. Ruel E. Serrano
Assistant, Public Information Office
Téléphone : +632 528 8001
Adresse électronique : serranor@wpro.who.int

Partager