Le Dr Shin est désigné pour un second mandat au poste de directeur de la Région OMS du Pacifique occidental

Le Dr Shin Young-soo vient d’être désigné par l’organe directeur de l’OMS dans le Pacifique occidental pour un second mandat de cinq ans au poste de Directeur régional de l’OMS pour le Pacifique occidental.

« Je remercie le Comité régional de la confiance qu’il place dans mon administration et de la possibilité qu’il m’offre de continuer à servir l’Organisation », a déclaré le Dr Shin.

Cette désignation doit encore être confirmée par le Conseil exécutif de l’OMS lors de sa session prévue du 20 au 28 janvier 2014 à Genève. Si le Conseil exécutif la confirme, le nouveau mandat du Dr Shin prendra effet le 1er février 2014 et s’achèvera le 31 janvier 2019.

« Si le Conseil exécutif donne son accord, je m’attacherai à finir ce que l’Organisation a commencé », a dit le Dr Shin. « Il s’agira de mener à terme le projet d’élimination de la rougeole et de certaines maladies tropicales négligées comme le pian et la lèpre, de lutter contre l’épidémie de maladies non transmissibles, de faire en sorte que toutes nos populations aient accès à des soins de santé de qualité et enfin de développer la capacité de nos États Membres à agir de façon appropriée en cas d’urgence sanitaire. »

Le Directeur régional dirige les activités, renforce la gouvernance et favorise les partenariats et la collaboration avec les États Membres, d’autres organisations des Nations Unies et des partenaires et parties prenantes en vue de remplir le mandat de l’OMS, à savoir améliorer les résultats sanitaires dans la Région du Pacifique occidental.

Sous la direction du Dr Shin, le Pacifique occidental a conservé son statut de Région exempte de poliomyélite, s’est rapproché de son objectif d’élimination de la rougeole et a ramené la fréquence de l’infection chronique par le virus de l’hépatite B à moins de 2 % chez les enfants de cinq ans et plus. La Région s’est rapprochée des objectifs du Millénaire pour le développement qui concernent la santé maternelle et la mortalité de l’enfant et qui consistent à juguler les épidémies de VIH, de paludisme et de tuberculose et à inverser la tendance. Elle est désormais mieux préparée aux urgences de santé publique telles que la flambée d’infection humaine par le virus de la grippe aviaire A(H7N9) qui s’est déclarée au début de l’année en Chine. Enfin, elle a aidé ses États Membres à améliorer l’accès à des soins de santé équitables pour un plus grand nombre de personnes.

Sous la direction du Dr Shin, neuf des 10 pays dans lesquels le paludisme est endémique ont modifié l’objectif de leur programme et sont passés de « la lutte » à « l’élimination ». Un centre régional a été mis en place au Cambodge pour appuyer et coordonner l’action intensifiée visant à endiguer et éliminer le parasite du paludisme qui résiste à l’artémisinine, l’antipaludéen de première intention. L’OMS a été le fer de lance de la lutte contre les maladies tropicales négligées, notamment la filariose lymphatique et le pian, qu’il est prévu d’éliminer dans la Région.

La Région a aussi évolué globalement pour faire face à l’épidémie de maladies non transmissibles, notamment l’infarctus du myocarde, l’accident vasculaire cérébral, le cancer, le diabète et les affections respiratoires chroniques, qui sont à l’origine de 80 % des décès dans la Région. Le Bureau OMS du Pacifique occidental a élaboré un projet de plan d’action régional pour la lutte contre les maladies non transmissibles qui prévoit des mesures contre les quatre facteurs de risques communs : le tabagisme, une mauvaise alimentation, la sédentarité et l’usage nocif de l’alcool.

Le Dr Shin a dirigé les activités menées par l’OMS dans le but d’appliquer la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac dans la Région. Tous les pays de la Région ont ratifié ce traité et récemment, l’OMS a apporté une assistance technique aux Îles Cook, à Fidji, à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, aux Philippines et aux Tonga pour l’application de l’une des principales dispositions de la Convention-cadre relative à l’augmentation des taxes sur les produits du tabac. Également avec l’assistance de l’OMS, le Viet Nam vient de voter une loi globale antitabac qui est entrée en vigueur en mai 2013. Les ministres des États insulaires du Pacifique visent désormais un Pacifique sans tabac à l’horizon 2025.

Le Dr Shin a cherché également à adapter l’approche de l’OMS aux contextes des pays et de la Région, par l’initiative pour la santé en Chine occidentale, par la coopération avec le Bureau régional OMS de l’Asie du Sud-Est dans la sous-région du Grand Mékong, et par la création de la Division de l’appui technique dans le Pacifique, basée à Fidji.

Originaire de la République de Corée, le Dr Shin est devenu Directeur régional de l’OMS pour le Pacifique occidental le 1er février 2009. Il avait été désigné pour ce poste durant la cinquante-neuvième session du Comité régional de l’OMS pour le Pacifique occidental en septembre 2008, désignation que le Conseil exécutif avait confirmée à sa cent vingt quatrième session en janvier 2009.

Le Dr Shin entretenait depuis longtemps déjà des rapports avec l’OMS puisqu’il avait rempli plus de 30 missions auprès de l’Organisation au titre de conseiller et de consultant et avait siégé à plusieurs reprises au Conseil exécutif en tant que représentant de la République de Corée.

Jusqu’à ce qu’il intègre l’OMS, le Dr Shin était professeur de politique et de gestion de la santé à la faculté de médecine de l’université de Séoul, où il a obtenu son diplôme avec mention en 1969.

Une fois diplômé, le Dr Shin a occupé un poste d’assistant-chercheur en médecine préventive dans la même université, tout en préparant un diplôme de troisième cycle à l’institut universitaire de santé publique. Après trois années dans les forces navales coréennes en tant que médecin, il s’est inscrit à la faculté de santé publique de l’université de Yale (États-Unis d’Amérique), où il a obtenu son diplôme en 1977.

Au début des années 90, alors qu’il travaillait pour le Ministère coréen de la Santé et de la protection sociale, le Dr Shin a dirigé un projet pilote conçu pour améliorer les soins de santé primaires au niveau de la communauté. Plus tard, il a joué un rôle déterminant dans la revalorisation du système de santé du pays au moment de la mise en place de la couverture sanitaire universelle. En 2002 et 2003, le Dr Shin a été Directeur du Service d’examen et d’évaluation du système national coréen d’assurance-maladie, qui débourse plus de US $20 milliards chaque année en paiements d’assurance-maladie.

Pour toute information complémentaire ou demande d’entretien, veuillez contacter :

M. Ruel E. Serrano
Assistant, Public Information Office
Téléphone : +632 528 8001
Adresse électronique : serranor@wpro.who.int

Partager