Selon l’OMS, il faut étendre les mesures pour contrer la résistance du paludisme à l’artémisinine

L’Organisation mondiale de la Santé a signalé qu’il fallait étendre les mesures destinées à endiguer la propagation des parasites du paludisme résistant à l’artémisinine au vu des données de plus en plus nombreuses attestant l'apparition de cas de résistance au sud et au centre du Viet Nam et au sud-est du Myanmar. Ce constat fait suite à la confirmation de la résistance du paludisme à l’artémisinine le long des frontières entre le Cambodge et la Thaïlande et entre la Thaïlande et le Myanmar.

En s’adressant au Comité régional de l’OMS pour le Pacifique occidental, le Dr Shin Young-soo, Directeur régional, a souligné la nécessité de « prendre des mesures d’urgence contre ce phénomène avant de risquer non seulement de perdre les acquis fragiles que nous avons obtenus dans la lutte antipaludique mais aussi de manquer notre objectif de faire du Pacifique occidental une Région exempte de paludisme ».

Le défi le plus difficile à relever est le développement de la résistance des parasites Plasmodium falciparum aux dérivés de l’artémisinine, traitements les plus efficaces contre le paludisme. L’OMS avait déjà tiré la sonnette d’alarme en 2005 à la découverte des premiers cas de résistance à l’artémisinine, lorsque des études réalisées à la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande avaient mis en évidence qu’il fallait plus de temps pour éliminer ces parasites du sang des patients.

Le paludisme est toujours endémique dans 10 des 37 États et Territoires de la Région du Pacifique occidental. Des progrès significatifs ont été réalisés. Ainsi, entre 2000 et 2010, le nombre de cas confirmés de paludisme a baissé de 34 % et les décès dus au paludisme, de 62 %. Mais l’OMS avertit que si l’on ne maintient pas l'élan dans la lutte contre cette maladie transmise par un moustique, le risque est bien réel que la résistance à l’artémisinine se propage à d’autres pays d’endémie de la Région, voire au-delà.

« Pour maîtriser et éliminer ces parasites résistants, nous avons besoin d’un engagement politique au plus haut niveau de la part des pays touchés », a déclaré le Dr Shin. « Une démarche effectuée uniquement pays par pays ne suffira pas. Nous devons agir de part et d’autre des frontières, en bénéficiant de l’appui de la communauté internationale pour préserver les acquis de ces trente dernières années. »

Le Dr Shin a exhorté les pays de la sous-région du Grand Mékong à intensifier et à étendre les opérations qui visent à endiguer et à éliminer le paludisme résistant à l’artémisinine, en s’appuyant sur le Plan mondial d’endiguement de la résistance à l’artémisinine mis en place par l'OMS.

Le Plan mondial comporte différentes mesures :

  • cesser d’administrer les monothérapies à l’artémisinine par voie orale qui sont d’importants facteurs de développement de la résistance à l’artémisinine et dont la production se poursuit, malgré la demande faite par l’OMS en 2006 de cesser leur utilisation pour le traitement des cas de paludisme sans complication ;
  • contrôler la qualité des médicaments antipaludiques ;
  • mettre un terme à la contrefaçon des médicaments, autre facteur important du développement de la résistance à l’artémisinine ;
  • assurer l’accès universel au diagnostic, aux traitements dont la qualité et l’innocuité sont reconnues et aux mesures de prévention du paludisme ;
  • garantir des ressources financières ; et
  • renforcer la coordination dans les pays et entre eux.

Le Comité régional se réunit une fois par an pour faire le point sur les activités de l’OMS dans la Région et pour fixer de nouvelles orientations dans le domaine de la santé.

Pour toute information complémentaire ou demande d'interview, veuillez contacter :

Mme Marilu Lingad, Bureau de l'information du public de l'OMS Téléphone portable (Viet Nam) :+84 (0)1272643638 Téléphone portable (Philippines) : +63 908 891 4532 Courriel : lingadm@wpro.who.int

M. Timothy O'Leary, Responsable de l'information du public de l'OMS Téléphone portable (Viet Nam) : +84 (0)1252093845 Téléphone portable (Philippines) : +63 908 886 8738 Courriel : olearyt@wpro.who.int:

Partager