Sept maladies tropicales négligées visées dans le plan d’élimination

L’Organisation mondiale de la Santé a établi une feuille de route pour aider les pays de la Région du Pacifique occidental à faire en sorte que les maladies tropicales négligées appartiennent désormais au passé.

Le Dr Shin Young-soo, Directeur régional de l’OMS pour le Pacifique occidental, a présenté au Comité régional du Pacifique occidental, organe directeur de l’OMS pour cette Région, le projet de Plan d’action régional contre les maladies tropicales négligées dans le Pacifique occidental (2012-2016).

« La mise en œuvre réussie de ce plan d’action permettra de hâter l'élimination définitive des maladies tropicales négligées dans le Pacifique occidental », a déclaré le Dr Shin.

Le Plan d’action régional a été adopté par le Comité régional, composé des 37 États et Territoires de la Région. Ce plan quinquennal concerne essentiellement sept maladies : la lèpre, la filariose lymphatique, les trématodoses d’origine alimentaire, la schistosomiase, les géohelminthiases, le trachome et le pian.

« Les maladies tropicales sont des maladies de la pauvreté et de la négligence », a expliqué le Dr Shin. « Elles touchent les personnes les plus vulnérables de la société dans 28 États et Territoires de notre Région. Même si elles ne sont généralement pas mortelles, elles sont éprouvantes et ont pour conséquences un handicap de longue durée et l’exclusion sociale ».

L’OMS a fixé 2020 comme année butoir pour éliminer la charge de certaines de ces maladies, telles la filariose lymphatique, le pian et la lèpre, grâce à des interventions élargies et à un suivi intensif. Il est crucial d’adopter une approche intégrée pour élargir et pérenniser l’accès aux médicaments et à d’autres interventions contre ces maladies tropicales négligées.

Le peu de fonds disponibles pour déployer plus largement les interventions a freiné les progrès. La réussite exige une gestion durable des programmes. De plus, pour surmonter les obstacles, il faut des plans d’action réalistes qui nécessitent des solutions innovantes appliquées en collaboration. Il peut s’agir par exemple d’atteindre les populations vivant dans des zones reculées ou frappées par un conflit.

Un personnel soignant bien formé est également indispensable à la réussite. Les agents de santé agissant en première ligne doivent recevoir la formation adéquate pour savoir détecter et traiter les maladies tropicales négligées, en particulier dans le cas de patients souffrant de maladies chroniques comme la lèpre et la filariose lymphatique, qui ont besoin de soins leur vie durant.

À l’horizon 2016, la mise en œuvre réussie du Plan d’action régional devrait permettre :

  • l’élimination de la filariose lymphatique, appelée aussi éléphantiasis, dans 10 États et Territoires de plus, notamment le Cambodge, les Îles Cook, les Îles Marshall, Nioué, les Samoa américaines, les Tonga, le Vanuatu, le Viet Nam et Wallis-et-Futuna, et dans l’un des États et Territoires suivants : les États fédérés de Micronésie, la Nouvelle-Calédonie ou les Palaos ;
  • l’élimination de la schistosomiase au Cambodge, en Chine et en République démocratique populaire lao ;
  • l’élimination du trachome cécitant au Cambodge, en Chine et au Viet Nam ;
  • l’élimination de la lèpre à Kiribati, dans les Îles Marshall et dans les États fédérés de Micronésie, et une plus forte baisse de la charge de la maladie dans d’autres États et Territoires avant fin 2016 ;
  • la réduction à zéro des cas cliniques de pian dans les zones à haut risque du Vanuatu et la progression vers l’élimination de cette maladie dans les Îles Salomon et en Papouasie-Nouvelle-Guinée ;
  • la baisse des taux de morbidité dus aux géohelminthiases, grâce à des campagnes nationales de traitement vermifuge visant au moins 75 % des enfants d’âge scolaire vulnérables dans 12 pays, des enfants d’âge préscolaire dans 10 pays et des femmes en âge de procréer dans quatre pays ; et
  • la baisse de la morbidité due aux trématodoses d’origine alimentaire au moyen de campagnes de chimiothérapie préventive permettant d'atteindre au moins 75 % des populations vulnérables en République de Corée, en République démocratique populaire lao et au Viet Nam.

Pour toute information complémentaire ou demande d'interview, veuillez contacter :

Ms Marilu Lingad
Téléphone portable (Viet Nam : +84 (0)1272643638
Téléphone portable (Philippines) : +63 908 891 4532
Courriel : lingadm@wpro.who.int

M. Timothy O'Leary
Téléphone portable (Viet Nam) : +84 (0)1252093845
Téléphone portable (Philippines) : +63 908 886 8738
Courriel : olearyt@wpro.who.int

Partager